Nouveauté : sortie à l’automne de « Georges Pompidou : avec de Gaulle 1944-1959 »

Par Bernard Lachaise

A l’automne 2020, les Editions Codex publieront l’édition scientifique des carnets de Georges Pompidou établie par Bernard Lachaise (Université Bordeaux-Montaigne).

Cette édition contient de nouvelles archives dont celles de Georges Pompidou et en particulier son journal, intégralement reproduit et analysé ici. Mais aussi de nouveaux témoignages permettent de revaloriser le rôle de l’homme de l’ombre dans l’histoire du gaullisme d’opposition et dans la fondation de la Ve République.

Parution du dossier « Des ponts à l’Est : liens, blessures et symboles » dans la Revue Regard sur l’Est.

Les Éditions Codex ont le plaisir de s’associer à Regard sur l’Est et au Courrier d’Europe Centrale pour la publication d’un dossier thématique dédié aux ponts à l’Est, sous la direction de Céline Bayou.

Le pont est un ouvrage protéiforme doté d’une forte charge symbolique. Il peut être abordé sous son aspect technique, comme révélateur de l’avancement technologique de celui qui le construit et de son époque. Son édification est généralement un défi, une tentative d’aller plus loin, de repousser des limites. Objet posé entre deux rives réelles ou métaphoriques, le pont est alors le centre d’une histoire, un point de focalisation.

Mais le pont est aussi un vecteur : il doit relier, mener vers autre chose, permettre le passage, l’échange et le dialogue. Son nom de baptême, quand il en a un, est à cet égard souvent révélateur. Simultanément, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, il peut aussi entraver – et pas seulement lorsqu’il s’ouvre ou est détruit. Sa présence peut gêner le passage, couper d’autres voies.


Regard sur l’Est consacre son 75e dossier aux ponts, liens, blessures et/ou symboles, et vous conte quelques-unes des histoires de ces ouvrages, célèbres ou méconnus. L’illustratrice Nina Dubocs a accepté de participer à l’aventure et d’accompagner les articles de ce dossier.

Des ponts – liens

La grande ligne Baïkal-Amour : des ponts reliés par des rails, Julie Fort

Norvège-Russie : un pont pour défier des relations en berne, Florian Vidal

Sakhaline : un pont russe vers l’Asie ?, Juliana Barazer

Entre Bulgarie et Roumanie, deux ponts majestueux mais insuffisants, Stéphan Altasserre

Ouest-Est, le pont de la Reine Louise, Anne Brunswic

Des ponts – blessures

Stanytsa Louhanska : le pont de la division ukrainienne, Pauline Maufrais

Mitrovica, un pont qui sépare, Benoît Goffin

Le long de la Route de la Soie : le pont sur l’Akhourian, Taline Ter Minassian

Les ponts entre Transnistrie et (reste de la) Moldavie, Thomas Merle

Le pont de Crimée, un instrument redoutable contre l’Ukraine, Julien Plouchart

Sopot, un pont qui guérit, Charles Fourmi

Des ponts – symboles

Prypiat, du chemin de fer au pont de la mort : une eschatologie du monde moderne, Antoine Huerta

Stari Most, un symbole fatigué, Aline Cateux

Bulgarie : le pont Asparoukh, entre socialisme et capitalisme, Assen Slim

Le Danube et ses ponts : pouls de la Hongrie, Louise Ostermann Twardowski

Les ponts de Varsovie : symboles et témoins de l’histoire polonaise, Romain Le Quiniou

Pont Charles : la lente genèse d’un symbole pragois, Adrien Quéret-Podesta

La Belle Époque du Pont Alexandre III : un patrimoine politique, Marie-Alix Molinié-Andlauer

Miscellanées

Le pont de Kertch : derrière la prouesse technique, le geste politique, Céline Bayou

Sakhaline : un pont entre l’Europe et l’Asie, Inès Della Patrona-Frouin

Rencontre-débat : « Les murs sont-ils tombés en Europe ? »

Débat avec Jérôme Heurtaux (directeur du CEFRES-Prague, auteur de « Pologne 1989. Comment le communisme s’est effondré »), Amélie Poinssot (Mediapart) et Marion Van Renterghem (grand reporter), animé par Alain Frachon, éditorialiste du Monde.

1989 a été l’année des révolutions et du changement démocratique en Europe. En regardant 30 ans en arrière, la transition, au début exemplaire, a-t-elle permis de combler les aspirations des nouvelles démocraties européennes ? Quelles résonances de 1989 persistent en Europe centrale et orientale aujourd’hui ? Dans une Europe désunie, l’intégration réelle de ces pays se pose tandis que l’Union européenne a déclenché des procédures administratives contre les gouvernements polonais et hongrois.

Lieu : Centre Paris Anim’ Place des Fêtes 2, rue des Lilas, 75019 Paris.

Inscription obligatoire : bureauaddp@gmail.com

Organisation : Café Polska Europa, un projet ADDP Polonia France – label Paris Europe de la ville de Paris. Avec le soutien de la Fédération de Paris de la Ligue de l’Enseignement et de l’Association Solidarité France Pologne.

Plus d’informations www.democratie.pl

Vient de paraître – « Pologne 1989. Comment le communisme s’est effondré »

Par Jérôme Heurtaux

L’année 1989 a changé le visage de l’Europe et probablement du monde. Quelques mois ont suffi à l’écroulement du bloc de l’Est, qui précipitera la fin de l’Union soviétique en 1991. La Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Bulgarie changèrent de régime politique, transformèrent radicalement leur économie et recouvrèrent leur souveraineté. Cet événement historique est passé à la postérité au travers de quelques images suggestives, celles de la table-ronde polonaise, de la chute du mur de Berlin ou de la révolution roumaine. S’il a vite symbolisé le retour à l’Ouest de « l’Occident kidnappé » (Kundera), 1989 a suscité par la suite des réinterprétations critiques, faisant de lui un objet de controverses politiques et mémorielles, notamment en Pologne.

Continuer la lecture de « Vient de paraître – « Pologne 1989. Comment le communisme s’est effondré » »

Vient de paraître – « Mémoire de l’absence. Hartheim, Haute-Autriche – Lieu d’assassinat »

Par Jean-Marie Winkler

Situé non loin de Linz, en Haute-Autriche, le château de Hartheim est un bel exemple d’architecture du XVIe siècle. Mais derrière ces murs et ces arcades se cache également un centre de mise à mort nazi, lieu emblématique du programme T4 d’« euthanasie » des handicapés mentaux (1940-1941) et de l’action 14f13 organisant des gazages de concentrationnaires (1941-42, avec une reprise en 1944) . Continuer la lecture de « Vient de paraître – « Mémoire de l’absence. Hartheim, Haute-Autriche – Lieu d’assassinat » »

Appel à contribution – « Politique et symbolique des ponts »

Le pont des chaînes, à Budapest, en 1900. Photographie : Fortepan.

En étroite collaboration avec Le Courrier d’Europe centrale, les éditions Codex vous invitent à participer au dossier du prochain numéro de la revue « Regard sur l’Est »

Le pont est un ouvrage protéiforme doté d’une forte charge symbolique.

Il peut être abordé sous son aspect technique, comme révélateur de l’avancement technologique de celui qui le construit et de son époque. Son édification est généralement un défi technique, une tentative d’aller plus loin.

Objet posé entre deux rives réelles ou métaphoriques, le pont est alors le centre d’une histoire, un point de focalisation.

Mais le pont est aussi un vecteur : il doit relier, mener vers autre chose, permettre le passage, l’échange et le dialogue. Son nom de baptême, quand il en a un, est à cet égard souvent révélateur.

Simultanément, et ce n’est pas le moindre de ses paradoxes, il peut aussi entraver – et pas seulement lorsqu’il s’ouvre ou est détruit. Sa présence peut gêner le passage, couper d’autres voies. Continuer la lecture de « Appel à contribution – « Politique et symbolique des ponts » »

Vient de paraître – « Tourisme et Grande Guerre »

Sous la direction de Yves-Marie Evanno et Johan Vincent

Rien ne paraît plus éloigné de la Première Guerre mondiale que l’idée de tourisme. Pourtant, à bien y regarder, si le conflit rend plus contraignante sa pratique, il ne l’empêche pas. Mieux, la Grande Guerre devient pendant, et plus encore après, source de tourisme. Cet ouvrage entend explorer ce front historique encore très largement méconnu grâce aux contributions de 28 chercheurs internationaux, historiens pour la plupart, mais également géographes ou spécialistes du patrimoine. Bousculant un certain nombre d’idées reçues, ils démontrent que la guerre n’est pas une simple parenthèse au développement des pratiques touristiques. Continuer la lecture de « Vient de paraître – « Tourisme et Grande Guerre » »